MAISON DES ARTS

LIEU : Montbonnot Saint Martin (38)

MAÎTRE D’OUVRAGE : Commune de Montbonnot Saint Martin (38)

LIVRAISON : 2014

COÛT TOTAL : 3.3 M€ HT

SHON : 1790 m²

PROGRAMME : Extension-Réhabilitation / Label BBC

  • salle polyvalente (300 m²)
  • bar, office cuisine
  • espace activités manuelles, expressions corporelles et musique
  • accueil, bureaux

 

MISSION : BASE + EXE

BUREAUX D’ÉTUDES :

  • Philippe Donjerkovic – architecte associé
  • Bois Conseil – structure bois
  • EBS – structure béton
  • AXIOME IEC – électricité
  • Ingénierie Climatique – fluides
  • 2D Ingénierie – économie
  • CCG – OPC
  • MTM Infra – VRD
  • Echologos – acoustique

Le projet de restructuration-réhabilitation et extension du couvent de Saint-Martin, s’appuie sur plusieurs axes. D’une part une réflexion contextuelle qui trouve ses fondements dans l’analyse du site et d’autre part la volonté d’inscrire le projet d’extension dans une nouvelle contemporanéité, conforme aux exigences du programme.

Faisant référence à l’histoire du site, l’extension vient refermer l’espace du cloître aujourd’hui disparu afin de créer un lieu clos d’où s’échappent des perspectives vers les massifs montagneux alentours. L’extension, élément linéaire, trouve sa place sur un socle horizontal que vient ceindre un mur de clôture. Un horizon artificiel est ainsi créé venant en contre point des sommets alpins. La volumétrie compacte s’enroule autour du patio central qui permet d’apporter la lumière naturelle aux salles.

L’extension est conçue en bois, au calepinage vertical s’inspirant des bardages des fenières des granges régionales. Ce vocabulaire fait également écho aux éléments présents sur le site (corps de ferme nord). Le volume se déploie, se plie, se déplie pour venir s’incruster dans le volume existant, s’appuyant sur ses murs en pierre. Une attention particulière a été apportée aux faîtages afin d’obtenir une silhouette générale en continuité avec l’existant. Le projet trouve des continuités dans le traitement intérieur du hall d’entrée, dans les circulations verticales, comme dans la passerelle assurant le lien entre les deux parties du programme.

L’image du bois qui enveloppe tout le programme se perçoit dès l’entrée, à la fois sur le pignon existant, puis sur la passerelle en second plan. Le visiteur retrouve ce fil conducteur à l’intérieur, le même matériau exploité en plafond, en cloisonnement, et dans l’aménagement du grand hall central. Cette permanence du bois donne la cohésion recherchée entre l’extension et la restauration.