ÉTUDE DE REQUALIFICATION DE LA GARE D’ÉCHIROLLES

LIEU
Échirolles (38)

MAÎTRE D’OUVRAGE
Grenoble Alpes Métropole

PROGRAMME
– Création d’un pôle d’échange Gare
– Création d’espaces publics
– Réalisation liaisons piétonnes et cycles reliant les quartiers
– Développer la trame végétale
– Proposer de nouvelles formes d’habiter

MISSION
Diag + Esq + plan guide

COÛT TRAVAUX
10 400 000 € HT

SURFACES
17 ha

HONORAIRES
40 800 € HT

BUREAUX D’ÉTUDE
Transitec
WSP
WZa

Les espaces publics du quartier de la gare s’inscrivent dans la trame paysagère définie à l’échelle du territoire GRANDALPE en déclinant le concept de la ville-Parc. Ils redonnent de l’épaisseur et du lien aux différentes strates paysagères et végétales existantes (valorisation du mail paysager Emile Dufour, valorisation de l’espace boisé du site Artelia par la création d’une forêt linéaire, valorisation et lisibilité des accès au parc Maurice Thorez) afin d’améliorer le confort d’usage et l’attractivité du quartier. Dans la continuité des espaces publics, cette strate se poursuit et s’infiltre dans les espaces privés en proposant une porosité physique et visuelle avec les cœurs d’ilot.

Les espaces publics mettent en scène les éléments emblématiques du quartier de la gare (parvis de la gare et la place du Chêne) ainsi que les vues et perspectives sur les massifs de Belledonne, du Vercors et de la Chartreuse.

Ils assurent le partage modal de la voirie par la création de voies piétons/cycles dédiées. L’accessibilité piétonne à la gare, aux équipements et services, aux parcs depuis les différents pôles de centralité est renforcée. Le franchissement de la voie ferrée, de la Rocade Sud facilité.

La trame des espaces publics est hiérarchisés pour répondre à la diversité des usages attendus à l’échelle du quartier et créer une pluralité d’ambiances, des espaces intimes aux espaces de rencontre et de représentation :

> Les rues structurantes.
> Les allées piétonnes.
> Les places publics, lieux de repère dans la ville.
> La forêt urbaine